2011-11-14T08:00:00+01:00

Défi n°68 "L'Instant d'après..."

Publié par Alba


 

P1090589.jpg

 

cette photo a été prise le 6 juillet à 10h54, vous, vous êtes passés par là, à 11h02, en un instantané, en vers, prose, photo*, dessin*, peinture*, montrez-nous précisément ce que vous, vous avez vu et peut-être entendu … (vous n'êtes nullement obligés de prendre cette photo au premier degré.)

(* avec une légende bien sûr, n'oubliez pas que nous sommes, avant tout, des croqueurs de mots)

 

 

  COMMUNAUTE CROQUEURS DE MOTS

défi proposé par : Détente en Poésie

 

 


 

 

La terre a tremblé. Je l'ai senti. J'ai tenu un instant l'équilibre et puis sans plus pouvoir résister au vertige je suis tombée dans l'herbe. Là je l'ai senti encore plus fort :  la terre bougeait  dans un grondement sourd.

Et puis le temps s'est figé tout d'un coup.

 

J'ai dû retenir ma respiration aussi, et c'est le souffle court que je me relève, l'instant d'après.

 

Des brins d'herbe retombent lentement dans le pré, dans le silence étrange.  Effrayant.

Qu'est-ce qui les a soulevés ?

Je connais ce plateau comme ma poche et tout ce tremblement ne me dit rien de bon.

Le ciel parait serein. Le soleil impassible fait paître dans la vallée son petit troupeau de nuages blancs. Il n'y a pas de vent.

Je jette un oeil inquiet en direction de la carrière.  On ne voit pas grand chose !  Dans la montagne rien ne bouge.


Mais quand-même,  je vais devoir y aller... pas prudent de rester ici !

 

Je ramasse mon bâton. Ce n'est pas qu'il me serve beaucoup pour marcher ni même pour ramasser des champignons, en cette saison ! Mais c'est grand-père qui l'a taillé, avec son couteau, dans une branche d'acacia qu'il avait ramenée pour moi. Sans un mot,  il l'a poli avec soin  pendant un très long moment puis il a gravé mon prénom dessus et il me l'a donné : «—Tiens ! »

Parlait pas beaucoup, l'grandpé...   J'aime son poc poc poc sur la route, alors je prends toujours mon bâton en balade, c'est tout !

 

Mais pour l'heure ça ne poc poc pas. Je le serre, mon bâton et traverse le pré.

 

Ça doit faire cinq bonnes minutes maintenant que la terre a bougé.

Tout semble aller , le cri des choucas résonne dans le ciel. Mais...  il reste quelque chose qui ne va pas... un truc qui me chiffonne... un truc pas normal !

 

J'arrive au bout du pré. Passe sous les barbelés. Le père André va encore me sonner les cloches s'il me voit ! Saute le fossé.  Commence à courir  non je cours pas , mais disons quand même que je monte d'un pas pressé vers...   Nom de Zeus ! Les cloches !!!

 

C'est ça qui colle pas :   les cloches !

On n'entend pas sonner les vaches !

 

Et pourtant d'habitude ça y va : et ding et clang et breling et clong ! C'est des vraies musiciennes les vaches du père André !

Elles tiennent pas en place et quand elles bougent pas, elles  secouent la tête en cadence ( ou pas ). Ça te fait toujours une de ces symphonies !

 

Mais là... que pouic !  Le cri des choucas, le fossé qui ruisselle et c'est tout. Ça fout limite les ch'tons ! Où sont passées les vaches ?

 

Elles se sont pas engouffrées dans la faille spatio-temporelle qui s'est ouverte  pendant le tremblement de terre, quand-même ?

Oui je sais, peut-être que je lis trop de bédés, mais là dans ce champ d'habitude ya un orchestre symphonique de vingt vaches  alors qu'aujourd'hui le 6 juillet à 11heures ( à une queue de vache près ) dame, yen a point ! Ndidiou !

 

Ça me fait maintenant deux mystères à élucider... sauf si le tremblement de terre et la disparition des vaches n'en font qu'un ...  Voilà qui serait pratique ! Bin oui, quoi, je suis en vacances, moi !

 

Mon flair de fine limière me sussure que j'ai  déjà trouvé la clef de l'énigme... et voilà le père André qui sort de chez lui avec sa canne et son chien. J'm'en vais te le questionner adroitement, moi !!

 

—Bonjour André, vous allez bien ?

—Bonjoul ma petite Alba ! Alols, ça va comme tu veux les vacances ?

J'ai beau avoir pris de l'âge moi aussi tellement que j'pourrais même être grand-mère maintenant ... pour lui je suis toujours la ptite Alba,.. mais bon !

—Oh moi ça va, mais dites-donc  André, vous avez  senti la secousse tout à l'heure ?

—O vindieu si je l'ai senti ! O ndidiou ça m'a fait flageoller les guibolles ! Et toi aussi tu l'as sentie ma ptite Alba ?
— Oui, et je montais voir si c'était pas encore la carrière quand je me suis rendu compte que je n'entendais plus les cloches de vos vaches ! Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Elles sont passées où vos vaches, André ?

—Hein ? Kesstudi ?

 

Oh p*tain, c'est vrai, il est sourd comme un pot  ! Mais j'ai de la voix quand je veux.

 

—ELLES SONT OU VOS VACHES !

—Oh ! mais c'est lien ! C'est gentil mais je vais le faile tout seul, j'ai l'habitude va, c'est point la plemièle fois !

 

Grrrrr.

Y récalcitre !!!

Y fait de l'obstruction à mon enquête !!!

Y  m'aura pas comme ça.

 

NON, JE DIS: ELLES SONT PASSÉES OÙ VOS VACHES ?

 

Et en même temps je remue la main droite par derrière tout en imitant une cloche avec ma main gauche et en dodelinant de la tête  ( et je croise les droigts de pieds pour qu'il n'y ait  pas un touriste assez dingo pour aller prendre des photos...) dans une imitation très réussie de la vache de base du père André.

 

Lueur de compréhension dans ses yeux.

 

—Mes vaches ?

Ah bah, aujould'hui l'avait ma ptite fille de la ville qu'était venue poul manger le midi, et pis comme elle tlouvait que mes vaches elles faisaient tlop d' bluit pou' l' bébé, alols tu complends , alols j'leul ai enlevé tout'  leul cloches !

 

 

Lueur de compréhension dans les miens: Bon sang, mais c'est bien sûr !!!

 

—Alors vos vaches quand elles sont plus entendu leur ding Diling  clong clang qui les accompagne depuis la première goutte de lait qu'elles ont têté de leur mère, elles sont dev'nues un ptit peu fofolles ?

 

— Ah nndidiou  ma ptite Alba ! Tu les aulais vues coulil comme des folles dans l'plé hi hi hi , elles ont fait tlembler la telle au moins jusqu'à Bielle !!! hi hi hi

D'ailleurs ( je vous traduis maintenant, pour plus de facilité en plus on est presque au bout mais si vous pouvez n'oubliez pas de prononcer les r comme des l silvouplé ) maintenant y faut que j'aille les chercher pasque elles ont filé sur le plateau comme si elles avaient le diable à leurs trousses !

 

J'pense bien, pauv' bêtes ! Elles ont dû penser qu'elles étaient subitement devenues sourdes ou paralysées. Ou les deux.

 

Et accompagnant son discours de grands clins.

( D'œil, les clins, c'est toujours d'œil NDLT)

 

—pis comme ça j'peux m'échapper 5 minutes d'avec les deux commères moi aussi hi hi hi j'men vas prendre l'apéro avec mon copain le Michel !

 

 

Enfin, si ça le fait rire... ya pas de quoi fouetter une mouche !

 

En tout cas,  voilà !!!

Encore une affaire rondement bien résolue, je trouve.

 

Je devrais m'installer ici toute l'année et monter une agence de détective privé, qu'est-ce que vous en pensez ?

 

 

 

Voir les commentaires

commentaires

Tricôtine 18/11/2011 00:02



merci Alba pour cette fresque pastorale !! je me suis légalé les zoleilles avec les l du pèle Andlé !!... Fine limière
avec ça !! ouvre vite l'Agence Alba and Co !! sourires sur ta page ...bonne soirée p'tite Alba



Alba 20/11/2011 10:52



Merci à toi Tricotin-eke d'avoir apprécié !


:0010:



enriqueta 16/11/2011 13:11



Bonne idée! 



Alba 16/11/2011 13:36



N'est-ce pas ?



Lenaïg Boudig 14/11/2011 23:21



Bonsoir Alba. J'ai bien aimé ce récit, pittoresque et au bord du fantastique ! Suspense réussi, et je m'exerce à dire : alols" !



un soir bleu 14/11/2011 22:39



Oh ! Oh ! Je prends des notes, moi qui aime les jeux de mots : j'ai adoré "Il récalcitre" ... si tu ne l'avais pas inventé, j'aurais aimé le trouver moi-même ! Mais, damned, Alba est passée avant
moi !



François & Marie 14/11/2011 20:09



C'est tout plein ligolo! et puis les mots inventés, qu'est ce que j'aime!


Merci poul ce joli moment, bonne soilée!



jill-bill.over-blog.com 14/11/2011 20:09



Bonsoir Alba... Wouah un écrit de bonne humour, ah ben oui installe-toi comme privé !!!  Bien à toi jill



marie chevalier 14/11/2011 19:58



j'ai bien aimé cet accent du terroir!! et puis  bien mené ce récit on s'y voyait  !! bises  !!



Jeanne Fadosi 14/11/2011 19:49



mince alors du silencer qui les a déboussolé et toi avec. Pov's vaches. A ces gens de la ville que les cloches dérangent ...


Bises et belle fin de soirée



mais lafransua 14/11/2011 18:43



bon j'espère que tes futurs clients ne seront pas tous aussi vaches car c'était quand même une enquête vachement difficile



Marylou 14/11/2011 18:07



j'en pense que ce serait sympa...j'adore l'accent du père André très bien rendu...bisous du soir amie



leblogdhenri.over-blog.com 14/11/2011 17:51



Petite enquete bien sympathique et joliement écrite.



Catheau 14/11/2011 15:24



Une vache sans cloche, c'est comme un clocher sans coq !



ABC 14/11/2011 14:10



Tu peux toujours essayer et tu iras les raconter aux pépés au bistrot, ils seront ravis...


Bien joué



fanfan 14/11/2011 11:19



Pauvres vaches:elles sont traumatisées de ne plus entendre les cloches; leur laiut va tourner à coup sûr!


J'aime bien ton histoire qui nous tient en haleine jusqu'au bout! Oui, tu ferais un bon détective!


 Bises



Jean-Pierre 14/11/2011 11:19



Bravo pour cette enquête !



Monelle 14/11/2011 10:40



Oui tu ferais un  bon détective d'autant que tu parles (écrit) drôlement bien le patois ! bravo !


Bon début de semaine -


Monelle



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog - Légèrement modifié par Alba