2011-05-30T07:00:00+02:00

Défi n°56 " histoire policière "

Publié par Alba

Pour la COMMUNAUTE CROQUEURS DE MOTS

 

 

L'histoire commence ainsi:

Un soir d'orage ,où le bruit du tonnerre se mêlait à un plastiquage  ,près  de la maison de Dumè , ....à vous de continuer

Voici les questions:

 

1- Pourquoi la porte du frigo est-elle ouverte ?

2 - Pourquoi y-a-t-il une chaussure à l'intérieur ?

3- Pourquoi le grand-père est-il couché dans l'entrée ?

4- Que fait le parapluie dans le lit conjugal ?

5- Où est passée la grand-mère ?

6- Pourquoi la bouteille est-elle vide ?

7- Où sont passées les casseroles ?

8 - Qui a dit que c'était impossible ?

9 -Pourquoi lundi ?

10- Que fait le chat chez les voisins ?

 

Défi lancé par Fanfan

message personnel à l'intention de Fanfan : Tortionnaire !

 



Un soir d'orage, où le bruit du tonnerre se mêlait à un plastiquage, près  de la maison de Dumè, Serena était assise dans sa cuisine,  dans le noir, un verre d'alcool à la main, une cigarette dans l'autre. Le téléphone décroché bipait....

 

Quelques heures plus tard, au soleil revenu, les artificiers dormaient du sommeil des justes dans la maison de Dumè, bercés par le chant des cigales. En face, chez Serena, c'était l'effervescence:  grouillant de policiers, de journalistes, de voisins, de chats... voire de rats !

 

Un peu plus tôt le matin même, la voisine en ramenant le chat avait trouvé le grand-père couché dans l'entrée et Serena gisant sur le carrelage de la cuisine...

 

http://nsm05.casimages.com/img/2011/05/28//110528121301846758228780.jpg

 

 

Le lieutenant Colombo était bien obligé de laisser sa fidèle 403 à mi-chemin, incapable qu'elle était de gravir le raidillon. Elle reprenait sagement son souffle à l'ombre d'un chataignier, attendant que le célèbre lieutenant ait fini son office. Fallait d'abord qu'il grimpe.

 

Arrivé sur les lieux,  mâchonnant la dernière bouchée du sandwich charcuterie-mayo préparé hâtivement par sa femme pour son petit déjeûner, il se mit tout de suite à inspecter la maison et ses environs.

 

10 minutes après, il avait compris toute l'histoire et la démystifiait pour son subalterne médusé: 

 

"-Pour une fois je vais pouvoir aller faire ma sieste avec ma femme,
cette affaire est claire comme du jus de saucisson d'âne ! " disait Colombo.
"Pas d'assassin à harceler,
vous pouvez classer.
Je me fais fort de rendre un beau rapport...
dès Lundi :
il n'y a personne de mort,
tout le monde est endormi !!! "

 

Il se sentait poète, le lieutenant, en ce joli Dimanche.


Le subalterne, lui, n'avait rien pipé.
"-C'est impossible", marmonna-t'il entre ses dents, "il n'a pas réussi a expliquer comme ça, si vite, les 10 questions !"

 

Sans aucunement chercher à réprimer le soupir exaspéré que lui inspirait la tronche d'abruti de son collègue, le lieutenant eut la patience de bien vouloir tout reconstituer pour lui "comme si on y était".

 

"-La belle Serena avait rendez-vous avec son fiancé du continent," dit-il en consultant son calepin.
Son petit stylo glissant entre ses doigts pleins de mayo, sa femme en ayant mis trop, il le mit sur son oreille et continua :

 

" elle avait mis les ptits plats dans les grands, et fait manger les vieux. Après quoi elle avait envoyé le chat jouer dehors et les vieux au pieu, avec peut-être un cach'ton ou deux, pour qu'ils dorment mieux. Elle avait commencé la vaisselle.
Et puis il avait téléphoné et puis l'orage avait éclaté... "

 

Et elle avait commencé à picoler...

 

A quoi ça servait de  mettre dans des états comme ça pour lui ? Hein ?
C'était vraiment qu'un sale type, un de plus, un con de  mec, quoi !


Depuis combien de temps elle était là, à l'attendre, dans le noir ? Elle ne savait plus.  Elle s'était jetée sur la bouteille de vodka juste après son coup de fil, vers 18h. Depuis, elle n'avait pas bougé, même quand elle avait été à court de jus de pommes. Elle avait ouvert du bout du pied la porte du frigo, et tenté de ramener la brique de jus d'oranges avec le pied. Elle y avait laissé une pantoufle mais n'avait pas réussi l'exploit. Du coup elle avait continué de boire, sec. 

 

Au bout d'un moment l'ampoule du frigo laissé ouvert avait fini par griller. La pluie battait les carreaux, et de temps en temps un éclair venait illuminer la scène, mais elle ne s'en apercevait même pas, noyée dans son brouillard.


Elle ne pensait même plus à regarder la pendule. De toutes façons, il ne viendrait pas. Il l'avait dit.


Boom !
Une déflagration fit trembler les vitres.
Dans le silence qui suivit, et sans tourner la tête elle agrippa la bouteille sur la table et poussa un juron.
"Et Meeeeeerde ! "  


Puis un chapelet
" Putain ! Merde ! Fait chier ! "  


Plus de munitions.


"- Serena ? C'est toi Serena ? Qu'est-ce qu'il y a ?"


Fallait s'y attendre. Le papé était habitué aux plastiquages de chez Dumè, mais elle l'avait réveillé à jurer dans la cuisine comme un charretier. Normal: il dormait dans l'entrée ! Quelle idée ! Le vieux était têtu. C'était de famille disait-on dans le canton. A 89 ans, quand il n'avait plus été capable de monter les escaliers pour aller se coucher dans sa chambre, il s'était fait installer une couchette dans un coin de l'entrée et il n'en démordait pas. Il dormait là, tous les soirs, depuis plus de dix ans. N'en déplaise à tout le monde. La mamé continuait à dormir seule en haut dans leur lit conjugal, armée d'un parapluie pour se défendre. Au cas où. Leur chat n'avait su choisir entre eux deux, et avait fini par élire domicile chez les voisins, dont la chatte pas bégueule avait un grand coussin.


"- Non, c'est rien papé, rendors-toi !"


Il vallait mieux qu'il se rendorme. Elle ne se voyait pas lui expliquer pourquoi yavait plus de vodka et de toute façons il n'aurait pas compris...

 

Encore un Boom qui fit trembler les murs... La maison de Dumè elle allait pas résister longtemps à ce train-là.


Tout en essayant de se souvenir si elle avait une autre bouteille et où elle pouvait bien l'avoir foutue, elle se leva brusquement. Ça yoyotait. Oh que oui, ça yoyotait ! Et pas qu'un peu, même.
Elle se laissa glisser par terre en sanglotant doucement.


Et s'il arrivait, là, maintenant, que trouverait-il ? Que dirait-il en la voyant là, affalée sur le sol de sa cuisine, complètement schlass, son maquillage ayant depuis longtemps coulé puis séché et dessiné un masque de panda sur son visage bouffi...
La cuisine était aussi dans un état pitoyable vu qu'elle n'avait pas attendu de finir la vaisselle pour se saoûler ! Les casseroles sales empilées dans l'évier, les assiettes de ses petits vieux encore sur la table, le cendrier débordant de mégots et elle... une  loque sur le carrelage.

 

Joli spectacle...     Qu' heureusement il ne verrait pas !

 

Au téléphone il avait juste dit comme ça, qu'il ne pouvait pas venir, un travail urgent à finir, à remettre avant Lundi.
Tu parles ! Ça devait être une belle blonde aux jambes interminables, son travail à remettre !


A cette idée elle se remit tout doucement à pleurer.
Dehors, le plastiquage avait fini par cesser, et on n'entendait plus que la pluie frapper régulièrement les carreaux.

Voir les commentaires

commentaires

MARIE de Cabardouche- 01/06/2011 20:44



Merci Alba pour le clin d'oeil destiné à notre page "Cabardouche", c'est très sympa!


Quant au fiancé de Séréna, il est bien benêt de ne pas accourir; préférer son travail à une aussi jolie demoiselle, c'est péché!


Bonne soirée Alba!



Alba 01/06/2011 23:09



Flûte ! je ne pensais pas que vous alliez le lire !


Je ne voulais point flatter, mais c'est vrai que j'ai aimé .


Je reviendrai sans aucun doute vous lire



Françoise 01/06/2011 14:28



Trop cool ton texte ! Un peu déjanté, juste comme il faut.


T'as pas de soucis à te faire, tu peux trouver de quoi occuper les longues nuits, rédactrice de nouvelles. Le soin pour les détails et des enchainements surprenants, y a de l'idée ma bonne dame.


Va falloir envisager un club de mamans... originales, non ? Pour se stimuler dans la créativité.


Bref, Alba, j'adore.


A bientôt.



Alba 01/06/2011 14:35



oh c'est très gentil ça Françoise !


J'aime bien écrire, mais c'est très modestement .


Si tu as aimé, je t'encourage à aller lire la participation à ce thème qui m'a le plus plu : Ici


Mais merci quand-même je suis toute flattée :0010:



Jeanne Fadosi 01/06/2011 12:20



peut-être tortionnaire Fanfan mais en tous cas elle t'a bien inspiré ! on s'y croirait !Belle journée



Alba 04/06/2011 19:22



oh, c'était de l'humour !


c'est vrai que ce n'était pas une telle torture



Brunô 01/06/2011 12:08



ça fait boum à plusieurs reprises chez toi, une histoire corse bien arrosée de l'intérieur comme de l'extérieur et palpitante.


Bravo ! Gros bisous



Alba 04/06/2011 19:23



ah oui, moi, plastiquage, je l'avais compris comme pilonnage, presque



Lenaïg Boudig 01/06/2011 09:59



Et tiens bon contre la cigarette !



Alba 04/06/2011 19:33



je m'accroche, mais c'est dur, parfois...



Lenaïg Boudig 01/06/2011 09:59



Bonjour Alba. je suis tout ébouriffée, tellement ça saute chez toi ! Pauvre Serena, il faut vite qu'elle oublie cet homme du continent-là ! Hors sujet ? Point du tout, je ne le vois pas comme ça
! En plus, c'est Colombo qui mène l'enquête, égal à lui-même, bravo pour les détails pittoresques (le coup du stylo plein de mayo, sur l'oreille, hi hi, chapeau !). Bravo, bises à toi !






Littorine 31/05/2011 20:04



Très beau récit, est-ce autobioagraphique on dit que chaque auteur met un peu de son vécu dans ses récits...la
porte du frigo c'est comme çà que tu l'ouvres ? Le chapelet, j'en suis quasiment persuadée, en tout cas moi je le connait par coeur celui là ! pour le reste je te laisse quand même t'exprimer.
Bisous



Alba 04/06/2011 19:35



oh, non je ne crois pas qu'il me soit arrivé de me saoûler pour un lapin... pour le chapelet... j'évite quand-même
rapport aux chastes oreilles de mes petits lapins, mais des fois j'en lâche un ou deux, j'avoue



ABC 30/05/2011 23:17



Bien vu le feu d'artifice chez les voisins, et la pauvre Serena qui n'en peut plus d'attendre un homme qui ne viendra pas...



Alba 04/06/2011 19:40



snifff ! mais l'histoire ne dit pas ce que elle, elle lui a fait !



Qu'importe 30/05/2011 23:07



Pas très sereine cette Séréna là!... Elle ne m'a même pas laissé un fond de vodka! Merci en tout cas pour tous ses fracas là!...



Alba 04/06/2011 19:41



Une autre se serait peut-être empoisonnée différemment...



Tricôtine 30/05/2011 21:07



Merci Alba, ton enquête est ficelée en trois coup de sandwich mayo !! hihi !! imbattable ce Colombo, même en Corse il fait des étincelles !! j'ai bien apprécié la décomposition (euh je crois que
la plus décomposée est bien Serena !! ) bonne soirée les enquêtes se Corsent au fil de mes lectures !!



Dominique 30/05/2011 20:21



J'ai trouvé cette histoire très intéressante, je dirais même
captivante.


Bien pensée et bien écrite. Bravo !


Mes amitiés Alba


Dominique


 



Alba 04/06/2011 19:43



Un grand merci Dominique. J'apprécie beaucoup aussi de lire toutes les différentes versions du même défi



Marylou 30/05/2011 17:56



défi royalement relevé...mais où trouves-tu le temps d'écrire tout ça avec boulot enfants etc...c'est vraiment chouette...je suis de plus en plus débordée par le temps que je consacre à mon
époux...je suis donc bien tard pour le ciel qui comme tu verras est toujours bleu...à bientôt amie



Alba 02/06/2011 00:37



C'est que, j'ai arrêté de travailler quand mon mari est parti... j'ai donc du temps de libre quand les enfants sont à l'école, et le soir quand ils sont couchés !


En plus je suis insomniaque ...



askelia 30/05/2011 14:36



Bravo pour ce texte! Me sens toute riquiqui à côté... rires.



Alba 04/06/2011 19:48



eh bien, il n'y a vraiment pas de quoi ! Le tien était vraiment très bien, et original ce qui ne gache rien ! C'est moi
la rikiki !



fanfan 30/05/2011 13:38



Heureusement que Colombo était là  pour éclaircir le mystère des endormis! J'ai bien aimé  et j'AI ri malgré le chagrin de la belle Serena. Merci



Alba 04/06/2011 19:50



oh !


sans coeur, va !



Sylvie 30/05/2011 13:25



ne connaissant pas ce jeu, je ne peux pas commenter ;))


je te souhaiterai donc un très bon début de semaine


bisous


sylvie



Alba 04/06/2011 19:51



eh bien il s'agit juste d'écrire une histoire sur le thème imposé: en l'occurrence une histoire policière répondant aux dix questions données au début.


Bisous aussi Sylvie



jill-bill.over-blog.com 30/05/2011 10:15



Bonjour Alba, merci pour tes mots amicaux chez moi...  Que dire ici sur le 56 !!!  Si j'osais je pousserai un oh putain que c'est bien... et quel couple d'enfer.... Bon ben je
l'ai dit !!!   Bon lundi croqueur à toi  Jill   



Eglantine-Lilas 30/05/2011 09:11



vois tu je ne te connaissais pas toutes ces qualités d'enquêtrice ! comme quoi on découvre toujours un peu plus les
gens chaque jour! je suis heureuse que tu aies réussi a résoudre cette enquête si rapidement et si bien moi madame je dis chapeau ! mais dit a Serena de boire un peu moins ...un de perdu ..dix de
retrouvé grosses bises



autocritique 28/05/2011 15:54



c'est un peu hors sujet, comme d'hab...


Cependant j'aime bien le caractère exagérément "corse" des personnages: têtus, faignants, etc.... Et pis j'aime bien l'histoire


Je l'ai déjà retouché 10 ou 12 fois, c'est bon ça suffit, je laisse comme ça !



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog - Légèrement modifié par Alba